TERRA incognita…

Rencontre avec TERRA (Tout en récup’ et recyclage artistique)

Un reportage d’Annie Forot, dans le cadre de l’article « Poubelle la vie » paru dans « Femmes ici et ailleurs » du printemps 2016.

Patrick Bride et Isa Digue me reçoivent dans leur atelier à Lunel-Viel.  Un gentil vrai chien m’accueille avec quelques aboiements de convenance, tandis qu’un chien fait d’un extincteur et de ferrailles judicieusement assemblées monte la garde devant le petit jardin. Devant le portail, un bac de récupération pour les bouteilles en plastique donne le ton.

DSC08786


Un atelier tout à fait incongru !

Ici, on récupère tout : des vieux extincteurs aux fenêtres, en passant par les bouteilles de gaz, les ressorts, les bouilloires, et tous les déchets ménagers bien sûr (bouteilles, boîtes de conserve, bouchons, briques alimentaires…). Patrick aime travailler la ferraille et le plastique pour réaliser des sculptures de taille importante. Isa préfère les “bricolages”: rideaux en bouchons, porte-monnaie en briques alimentaires, carnets en papier recyclé…

Leur association existe depuis cinq ans dans ce lieu, mais cela fait vingt ans déjà qu’ils travaillent en tant qu’artistes avec des matériaux recyclés. L’idée leur en est venue alors qu’ils travaillaient en Martinique en tant qu’art-thérapeuthes et constataient avec amertume l’état de “poubelles” des belles plages.

Ils ont commencé à nettoyer les plages et se sont retrouvés avec un gros volume de plastique et de boîtes de conserve ! Que faire avec tout ça ?


Du lien social par la récup’

Les gens étaient fiers de leurs fabrications ; en plus ils étaient contents de n’avoir rien eu à acheter et d’avoir pu rencontrer leurs voisins !”

Patrick et Isa ont souhaité développer autour de leur activité des liens sociaux en créant des ateliers de bricolage ouverts à tous, à partir de matériaux de récupération. L’idée d’un atelier de fabrication de décorations de Noël “ tout en récup’” a particulièrement bien fonctionné et a permis de rassembler des gens de tous âges et tous horizons.

Pour la troisième fois en 2015, ils ont organisé un “festival art récup” à Lunel-Viel, avec des artistes travaillant à partir de matériaux recyclés, des ateliers, des spectacles. Les mamies qui tricotent ont aussi été mises à contribution pour les décos du festival. Un carnaval recyclage a également vu le jour en 2015 et les gens ont bien participé, en créant leurs costumes et même des chars, tous sans moteur, sur des vélos ! Un défilé de 200 m de long avec zéro émission de gaz !


Des sculptures insolites

Artiste, quelle drôle d’idée! Mais le fait qu’on soit encore là tient sûrement à l’équilibre qu’on a su trouver entre l’artistique et l’environnement. On fait appel à la sensibilité artistique et les gens ont besoin de ça. En même temps, on fait évoluer leur regard sur les déchets. Et quand on change de regard, tout devient intéressant !”

Patrick me montre sa première création toute en bouteilles plastique : le poète, qui reprend l’image universellement connue du penseur de Rodin et qui de ce fait parle plus à la conscience collective. Ils ont fabriqué un dragon très sympa  et une poule, puis se sont lancés  des défis, comme par exemple un costume tout en bouchons. Du coup les déchets devenaient une matière première possible et gratuite pour la création.

Et ils ont vu qu’on pouvait sensibiliser davantage les gens par ce biais, en touchant leur sensibilité par le côté créatif.


Une oeuvre de sensibilisation

La sculpture de la sirène  qui pleure devant les détritus accumulés dans les ports interpelle davantage les gens que les discours ou les panneaux donnant de bons conseils”.

Les artistes de TERRA interviennent à la demande dans les collèges et les lycées pour faire de la sensibilisation ou de la création. Leurs sculptures sont également souvent louées pour des événements sur l’environnement. Elles ont fait le tour de la Méditerrannée, pour sensibiliser les plaisanciers à ne pas jeter leurs déchets dans la mer.

Ils ont eu droit à une page dans la “bible de l’art singulier inclassable et insolite” ,un recueil qui parait tous les deux ans et permet de percevoir une autre facette de l’art contemporain, qui lui est plus institutionnel.


Les deux heures dans cet atelier sont passées très vite, il y avait tant à dire, à voir et aussi à entendre avec l’incroyable batterie en bouteilles de gaz qui fait de si jolis sons ! Je souhaite à Patrick et Isa de continuer leurs actions , pour que leurs idées viennent ensemencer les recherches de tous ceux qui essaient de trouver des solutions à la question des déchets.

Laisser un commentaire